L’olivier déraciné fleurira ailleurs – Au revoir Alger

Promo ! Lire un extrait
Version

,

ISBN

Pages

Format

Prix unitaire
A partir de 9,47 



Quantité

Présentation

Gérard Grimaud revient sur ses vies en Algérie, celle de son enfance à Saïda, de sa jeunesse et de ses dernières années à Alger, puis son départ en 1966. Il avoue pourtant que son « algérianité » lui « colle » toujours à la peau. Aussi invite-il le lecteur à partager son regard sur la complexité d’une histoire au destin volontairement inaccompli, dont « l’oeuvre civilisatrice » de la France a façonné les mentalités de sa génération.

Mettant en scène des séquences de ses Algérie, telles qu’il les a vécues, observées et ressenties, il offre au lecteur un récit sans complaisance, illustré de confidences saisissantes glanées au hasard de rencontres, d’une originalité certaine par l’exigence du témoignage et l’audace de réflexions mûries avec le temps pendant quelques décennies : l’impérieuse décolonisation déshumanisée, l’abandon des minorités livrées à une destinée incertaine, fatale pour des milliers de disparus, l’euphorie populaire des Algériens à l’indépendance, l’avènement de l’État FLN, un peuple algérien espérant depuis plus de cinquante ans une démocratie libérée.

Les émotions étranges et contrastées d’un voyage en famille, en 2010, dans un Alger devenu bien étranger à ses souvenirs, ne lui laissent aucune nostalgie d’avoir quitté son pays. Réfléchissant au sens à donner au mot « réconciliation », il réagit avec fierté sur l’inacceptable mise en accusation de la colonisation française.

 

 

Gérard GRIMAUD, natif d’Algérie, est resté en 1962 à Alger au titre de la coopération. Il a dû quitter Alger à 32 ans, en 1966. Cadre supérieur à la retraite de la SNCF. Gérard Grimaud garde un souvenir généreux de l’Algérie de sa jeunesse.


  • Mon panier

  • Moyens de paiement

    • Paiement en ligne sécurisé