Celle que l’on doit appeler Maman

Format

ISBN

Pages

Version

11,50 


Quantité

Présentation

« … Je me demandais si mon frère allait bien de l’autre côté du mur. Je ne l’entendais plus, ni pleurer, ni respirer. Il faut dire que moi non plus je ne respirais plus. J’avais peur qu’elle m’entende et qu’elle se souvienne que j’étais toujours là. ».

Véritable exutoire, ce récit bouleverse et dérange. Il dévoile ce que le silence cache parfois de plus atroce, là où la figure maternelle n’est plus que l’ombre d’elle-même. Il conte la manipulation, les vices et les sévices d’une mère sur ses enfants, entre violences physiques et psychologiques. Il évoque surtout le combat que vont devoir mener deux enfants contre celle que l’on doit appeler Maman, quand l’imagination d’une mère – que l’existence de ses enfants dérange – se développe hors de tout contrôle et de toutes limites.

Cette oeuvre authentique nous invite à considérer autrement les relations filiales que la société impose comme une évidence, et qui pourtant peuvent se révéler bien plus complexes et ambivalentes. Ce livre est enfin un témoignage rare, écrit avec bienveillance et courage. Peut-être pourra-t-il toucher des personnes qui ont ou qui subissent ce genre de situation mais dont la honte et la culpabilité les empêchent encore de dévoiler la sombre vérité. Sans doute pourra-t-il leur prouver que la résilience est possible, et qu’en sortant du silence, tous les enfants peuvent s’en sortir.

Lina Colombéro est née en Sardaigne, de parents forains. Placée en famille d’accueil dans le Gard jusqu’en 1993, puis chez sa mère biologique et en foyer d’accueil, elle a habité le département du Vaucluse jusqu’en 2001. Actuellement mariée à un artisan boulanger, elle travaille avec son mari à Manosque et s’éprend d’une passion pour l’écriture et la peinture.

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Celle que l’on doit appeler Maman”

  • Mon Panier

  • Moyens de paiement

    • Paiement en ligne sécurisé