Accueil > Librairie > Arbre du savoir > 1815 : Le blocus de Briançon

1815 : Le blocus de Briançon

Paru le

3 mai 2023

Le 15 août 1815, le maire de Briançon réunit en urgence à l’hôtel de ville les hommes
les plus importants de la communauté civile briançonnaise. Ils doivent décider si leur
ville, qui est une place forte frontalière nantie d’un important matériel militaire, doit
ouvrir ses portes aux armées étrangères d’occupation. La population civile est prise dans
un double jeu qui se joue à deux niveaux. Au niveau local, la réunion n’a pas encore débuté
que les soldats français pénètrent tambour battant dans l’hôtel de ville. Les autorités
militaires brandissent la menace d’une destruction totale de la ville si les portes sont
ouvertes, tandis que les autorités civiles du département des Hautes-Alpes font craindre
aux Briançonnais une invasion violente par les troupes étrangères s’ils n’ouvrent pas les
portes de leur ville. Au niveau national, le pouvoir royal affirme tout haut que les troupes
étrangères occupantes sont les amies et non les ennemies de la France, mais interdit tout
bas la remise des places fortes aux armées étrangères.
Durant les trois mois que va durer le blocus de Briançon, les habitants vont vivre une
drôle de guerre sur laquelle les documents d’époque nous informent en détail.
Quarante ans plus tard, la population civile organise une commémoration du blocus
qui lui permet de réécrire l’histoire à son seul avantage. À chacune des entrées de la
ville, une plaque est apposée avec l’inscription suivante : « 1815 / Les Briançonnais sans
garnison soutiennent un blocus de trois mois et conservent la place / Le passé répond de
l’avenir ». Mémoire du blocus de 1815, ces plaques existent toujours.

10,9914,90