Les raisins de la tendresse

Version

,

ISBN

Pages

Format

Prix unitaire
A partir de 8,49 



Quantité

Présentation

L’image de la vigne est une référence parlante pour les anciennes civilisations, car elle projette l’homme dans l’imaginaire du bonheur : « Le vin réjouit le coeur de l’homme. » C’est pourquoi Yahvé prépare un festin pour son peuple, un festin de viandes grasses et de bons vins, de viandes moelleuses, de vins dépouillés (Is 25, 6).

Le peuple d’Israël est souvent comparé à la vigne. Selon qu’elle porte du bon ou du mauvais fruit, elle est soignée ou délaissée, et ensuite reprise en main pour être à nouveau entourée de soins. Jésus reprend donc tout naturellement l’image de la vigne, mais il change la perspective en se présentant lui-même comme la « vraie vigne », celle qui porte des raisins de tendresse.

Le commentaire « ne s’épuise pas dans une paraphrase, toujours lassante, qui nous ramènerait sans profit à une époque révolue. Il a une valeur initiatique : il accompagne fraternellement l’élan de ceux qui veulent croire – qui ont « la faiblesse de croire », comme aimait à dire Michel de Certeau ; il prend en compte, sans nécessairement les détailler, la culture et l’épreuve de l’homme contemporain ; il invite à adhérer en toute liberté à Jésus, si déroutant et tellement humain. » (Jean-Yves Quellec)

 

Né en 1946, licencié en sciences religieuses, Philippe Liesse, sera professeur de religion de 1972 à 2006 dans le réseau scolaire organisé par la Communauté française de Belgique.

Ordonné diacre permanent en 1992, il s’engage dans des milieux de vie situés aux marges de l’Église. Collaborateur du Journal Dimanche, il rédige de semaine en semaine le commentaire des textes bibliques de 2002 à 2009. Aujourd’hui retraité, il nous livre les commentaires de l’année B comme une grappe de « raisins de tendresse ».

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les raisins de la tendresse”

  • Mon Panier

  • Moyens de paiement

    • Paiement en ligne sécurisé